Apologie des banques centrales

JP Morgan répétait qu’il ne prêtait qu’aux personnes à qui il faisait confiance. De fait, le fondement d’une économie est la confiance, autrement dit le « crédit » que s’accordent mutuellement les divers intervenants. Pourtant, aujourd’hui, la confiance semble vaciller, et principalement à l’égard de celles qui sont parvenues à éteindre le grand-incendie de la…

Et pourtant il tourne !

Le keynésianisme fonctionne! Il nous aide à comprendre la crise économique et financière européenne, il nous en indique clairement les motifs et met en évidence les responsabilités. Idem pour les rares succès figurant au palmarès des politiques économiques mises en place en Europe depuis le déclenchement du psychodrame, toutes redevables au keynésianisme. Ceux qui, stigmatisant…

Faut-il supprimer l’impôt ?

Un Etat souverain n’a nullement besoin de lever des impôts pour financer ses dépenses publiques. En effet, les Etats-Unis – depuis leur création et hormis sept épisodes relativement brefs – ont toujours tourné avec des budgets systématiquement déficitaires. Le gouvernement d’une nation indépendante peut donc dépenser sans avoir à s’inquiéter de ses recettes. En théorie…

Quo Vadis Draghi ?

Cette Banque centrale européenne qui, en 2011, soit en pleine crise mondiale et à l’aube des déboires européens, avait trouvé le moyen de remonter par deux fois ses taux d’intérêt (le 7 avril et le 7 juillet). Cette même BCE est donc la première banque centrale majeure à avoir franchi le Rubicon des taux négatifs…

Scinder l’euro… pour le sauver!

Le farouchement anti-européen Martin Feldstein, économiste à Harvard, écrivait de manière prémonitoire en 1997 que l’introduction de l’euro « exacerberait les cycles économiques en aggravant le chômage dans certains pays membres. Lesquels déboires économiques contribueraient à une crise de confiance au sein de l’Union ». Et, de fait, celles et ceux qui étaient persuadés que l’Union subissait…

Du sang et des larmes !

Tout le monde le sait, et tous les économistes sensés connaissent le remède : la Banque centrale européenne doit évidemment assouplir sa politique monétaire. En d’autres termes, s’arranger pour que les taux d’intérêt réels baissent dans une Europe périphérique assommée par les dettes et dans une Union qui, dans son écrasante majorité, souffre d’une croissance…