Et pourtant il tourne !

Le keynésianisme fonctionne! Il nous aide à comprendre la crise économique et financière européenne, il nous en indique clairement les motifs et met en évidence les responsabilités. Idem pour les rares succès figurant au palmarès des politiques économiques mises en place en Europe depuis le déclenchement du psychodrame, toutes redevables au keynésianisme. Ceux qui, stigmatisant…

Quo Vadis Draghi ?

Cette Banque centrale européenne qui, en 2011, soit en pleine crise mondiale et à l’aube des déboires européens, avait trouvé le moyen de remonter par deux fois ses taux d’intérêt (le 7 avril et le 7 juillet). Cette même BCE est donc la première banque centrale majeure à avoir franchi le Rubicon des taux négatifs…

Pourquoi la BCE s’est-elle montrée si déterminée ?

Une seule réponse en un seul graphique: celui de l’emploi par rapport à l’inflation en Europe et aux USA! Moins de chômage et plus d’inflation chez nos amis américains. Plus de chômage et moins d’inflation chez nous… Relation de cause à effet évidente entre ces deux paramètres, comme je l’explique et le démontre depuis plusieurs…

BCE : Plus aucun autre choix!

Les statistiques allemandes publiées hier démontrent sans ambiguïté que la déflation n’est pas uniquement l’apanage des nations européennes économiquement faibles. Eh non! L’Allemagne s’engage également désormais inévitablement sur cette pente savonneuse : La BCE n’a donc aucun autre choix, si ce n’est celui d’engranger les baisses de taux quantitatives, ou de mettre vigoureusement en place…

Scinder l’euro… pour le sauver!

Le farouchement anti-européen Martin Feldstein, économiste à Harvard, écrivait de manière prémonitoire en 1997 que l’introduction de l’euro « exacerberait les cycles économiques en aggravant le chômage dans certains pays membres. Lesquels déboires économiques contribueraient à une crise de confiance au sein de l’Union ». Et, de fait, celles et ceux qui étaient persuadés que l’Union subissait…

Euro: le péché originel

La débâcle n’était que trop prévisible, du fait de l’absence de tout contrôle sur leur taux d’intérêt comme sur leur monnaie. Dans ces conditions, comment les diverses économies nationales des membres de l’euro auraient-elles pu ne pas diverger ? Quel aurait été le levier qui aurait permis d’y harmoniser la consommation et l’activité économique ?…