La mondialisation: une lèpre économique

Les États ont quasiment perdu tout pouvoir sur leur politique économique car ils ont renoncé à peser sur les variables financières. C’est donc dans un environnement où les produits financiers structurés, où les dérivés et autres instruments dits «exotiques» ont confisqué aux États – même les plus puissants comme les États-Unis d’Amérique – la substance…

La dictature ou la guerre : pour sortir de la crise !

L’Union européenne subit une récession bien spécifique, marquée par l’implosion de bulles spéculatives combinée au déclenchement d’une crise du crédit inédite. De son côté, la Banque centrale européenne est également confrontée à une crise existentielle car sa politique est désormais officiellement inopérante. Seul l’Etat est donc aujourd’hui à même de soutenir un secteur privé tétanisé…

La politique des pantins tétanisés

La globalisation n’a pas contraint les Etats à mettre en œuvre des politiques publiques clivantes ayant eu pour effet d’exacerber les inégalités et de gripper l’ascenseur social. Le choix fut délibéré et assumé de la part de nos gouvernements successifs de déréguler massivement, laissant le marché comme seul arbitre des libertés individuelles, comme unique générateur…

Fillon: droite légitimiste et régression économique

La macroéconomie est dans tous ses états. Grâce à Donald Trump. Voilà cinquante ans que les théories de Keynes sont vilipendées et ses adeptes stigmatisés, voire dédaignés. Aujourd’hui, pourtant, les opposants acharnés au keynésianisme ont perdu, en tout cas aux Etats-Unis. Durant la Grande Dépression, Keynes plaidait pour une augmentation de la dépense publique qui…

Orthodoxie moralisante et destructrice

Le destructeur en chef de la zone Euro et celui responsable en premier lieu des traumatismes infligés aux peuples européens est le technocrate non élu Jean-Claude Trichet. Le crise européenne –la crise des dettes souveraines– lui est en effet intégralement imputable pour n’avoir pas mis en place dès 2009 des baisses de taux quantitatives (QE)…

Ces années 30 qui hantent l’Europe

Avant l’adoption de l’euro, une nation européenne gagnait en compétitivité par la dévaluation de sa monnaie nationale qui dopait provisoirement ses exportations en donnant au pays en question l’illusion de se mesurer à l’Allemagne. Un pays comme l’Italie aimerait aujourd’hui user de cette arme de la dévaluation afin de tenter de contrebalancer les niveaux de…

Ainsi soit le néolibéralisme

Peu importe le parti au pouvoir, les déclarations grandiloquentes («Mon ennemi, c’est la finance»), et même le Brexit, c’est le règne de l’uniformité. Pour autant, il ne faut pas mettre en cause les individus – fussent-ils présidents de la République ! – car une puissance irrésistible, un déterminisme !- impose une continuité lourde, au long…

Le Brexit, c’est la démocratie

Le Brexit n’est pas qu’une consultation électorale qui décidera d’une éventuelle sortie britannique de l’Union. Les enjeux sont autrement plus sérieux – et critiques pour certains – que l’aspect relativement anecdotique d’un pays qui n’avait jamais réellement intégré l’Europe. En dépit de ce qui est stigmatisé par les « remainer » – le Brexit n’est…